Red Hat suspend sa participation financière à la FSF suite au retour de Richard Stallman au conseil d’administration de la FSF

Red Hat suspend sa participation financière à la FSF suite au retour de Richard Stallman au conseil d’administration de la FSF

Et lui demande d’apporter des changements dans sa gouvernance

Suite à sa prise de position dans l’affaire Epstein, Richard Stallman a été contraint de démissionner de son poste de président du conseil d’administration, mais aussi du conseil d’administration lui-même en 2019. Moins de deux ans plus tard, Richard Stallman revient au conseil d’administration de la Free Software Foundation, fondée par lui-même en 1985. Son retour n’a pas été du goût de milliers de personnes et d’organisations de la communauté des logiciels libres et de l’open source (Open Source Initiative, Software Freedom Conservancy, Apache Software Foundation entre autres) qui ont réclamé son départ. Néanmoins, les partisans de Stallman s’organisent pour inciter la Free Software Foundation à résister à la pression. C’était sans compter sur Red Hat qui a décidé de frapper dans le porte-monnaie.

Richard Stallman a annoncé lors de l’événement virtuel LibrePlanet de la Free Software Foundation qu’il avait rejoint le conseil d’administration et n’avait pas l’intention de démissionner à nouveau. Avant la conférence, il a déclaré: « J’ai une annonce à faire. Je suis à nouveau membre du conseil d’administration de la Free Software Foundation. Nous travaillions sur une vidéo pour l’annoncer, mais cela s’est avéré difficile, aussi nous ne l’avons pas fait. Je n’ai pas l’expérience de faire ce genre de chose, donc ça n’a pas été fini, mais voici l’annonce. Certains d’entre vous seront heureux de cela, et certains pourraient être déçus, mais qui sait ? En tout cas, c’est comme ça, et je n’ai pas l’intention de démissionner une deuxième fois. »

Les personnes déçues n’ont pas tardé à le faire savoir. L’Open Source Initiative n’a pas hésité à exprimer publiquement son indignation face à ce choix. Sa position est claire : l’organisation refuse que Stallman occupe une quelconque position de leader dans tout ce qui a trait à l’open source et au logiciel libre, et ne collaborera plus avec la FSF si ces deux exigences ne sont pas satisfaites. « Pour réaliser pleinement la promesse de l’open source, l’OSI s’engage à construire un environnement inclusif où une communauté diverse de contributeurs se sent bien accueillie. Ceci n’est clairement pas possible si nous incluons ceux qui ont démontré un modèle de comportement incompatible avec ces objectifs », a-t-elle déclaré.

« Richard Stallman a récemment annoncé qu’il allait revenir au conseil d’administration de la FSF, une déclaration que la FSF n’a pas démentie. Nous pensons qu’il est inapproprié que Stallman occupe une quelconque position de leader dans la communauté du logiciel libre et open source. Si nous ne nous élevons pas contre cela, notre silence pourrait être interprété à tort comme un soutien. L’Open Source Initiative demande à la Free Software Foundation de tenir Stallman pour responsable de son comportement passé, de le retirer de la direction de l’organisation et de s’efforcer de réparer le tort qu’il a causé à tous ceux qu’il a exclus », exige l’OSI.

Selon l’OSI, cela inclut « ceux qu’il [Stallman] considère comme moins dignes, et ceux qu’il a blessés par ses paroles et ses actions ». « Nous ne participerons à aucun événement auquel participe Richard Stallman et nous ne pourrons collaborer avec la FSF tant que Stallman ne sera pas retiré de la direction de l’organisation. Les logiciels libres et open source ne seront pas accessibles à tous tant qu’il ne sera pas possible à chacun de participer en toute sécurité, et nous appelons donc nos pairs de la communauté du logiciel au sens large à se joindre à nous pour prendre ces engagements », a écrit l’OSI dans un billet sur son site Web.

Des centaines de partisans du logiciel libre et l’open source ont signé une lettre ouverte pour demander au fondateur du mouvement du Libre de rendre son tablier, mais aussi à l’ensemble du conseil d’administration de la FSF de démissionner. Parmi les signataires de la pétition, on retrouve des développeurs, contributeurs et hauts responsables d’organisations et projets des logiciels libres et de l’open source, y compris la GNOME Foundation, l’Open Source Initiative, la Software Freedom Conservancy, l’Apache Software Foundation, la Wikimedia Foundation, l’EFF… On retrouve aussi des universitaires, et même un ancien eurodéputé membre du Parti pirate suédois, en l’occurrence Amelia Andersdotter. Tous s’insurgent contre le comportement jugé indésirable de RMS, qui, selon eux, est une épine dans le pied de la communauté des logiciels libres et open source.

Plus de 2 000 personnes et organisations qui l’ont déjà signée. Tor et Mozilla se sont ajoutés à la liste ce mercredi. « Nous ne pouvons pas exiger mieux de l’Internet si nous n’exigeons pas mieux de nos dirigeants, de nos collègues et de nous-mêmes. Nous sommes avec la communauté Open Source Diversity, Outreachy et le projet Software Conservancy et nous soutenons cette pétition », a écrit Mozilla sur sa page Twitter

En demandant la démission du conseil d’administration de la FSF, les organisateurs de la pétition font référence à ces commentaires, aux plaintes pour harcèlement, aux commentaires que Stallman a faits sur les personnes atteintes du syndrome de Down, et à ses commentaires répétés sur le pronom singulier “ils”, que les pétitionnaires qualifient de “transphobie mal déguisée”. « Il y a eu suffisamment de tolérance envers les idées et le comportement répugnants de RMS. Nous ne pouvons pas continuer à laisser une personne ruiner le sens de notre travail », écrivent les organisateurs de la pétition.

« Nos communautés n’ont pas de place pour des personnes comme Richard M. Stallman, et nous ne continuerons pas à souffrir de son comportement, à lui donner un rôle de leader, ou à le considérer, lui et son idéologie blessante et dangereuse, comme acceptables », s’indignent-ils. Par ailleurs, notons que Stallman est l’une des nombreuses personnalités de la contre-culture technologique dont le comportement, autrefois considéré comme simplement excentrique, a depuis été largement qualifié d’abusif. Par exemple, le créateur de Linux, Linus Torvalds, s’est également retrouvé dans une situation similaire il y a quelques années.

Les partisans de Stallman s’organisent

Le retour de Stallman dans le cercle dirigeant de la FSF n’a pas provoqué que de la colère. Certains l’ont bien accueilli comme Leah Rowe est ingénieure en électronique, militante du logiciel libre et des droits des personnes transgenres britannique. Elle est notamment la fondatrice du projet de BIOS libre Libreboot : « Je suis très heureuse de voir Richard Stallman réintégré au conseil d’administration de la FSF. Cela a été annoncé aujourd’hui dans les flux de LibrePlanet. Il n’est pas président, mais il siège au conseil. FSF n’est pas pareil sans lui. Ils ont besoin de sa force et de sa passion ».

Face aux vives réactions qu’à susciter son retour, ses partisans ont entrepris de faire une lettre ouverte pour signifier leur soutien en ces termes :

« Richard M. Stallman, également connu sous le nom RMS, a été une force motrice dans le mouvement du logiciel libre pendant des décennies, avec des contributions comprenant le système d’exploitation GNU et Emacs.

« Récemment, il y a eu de viles attaques en ligne cherchant à le retirer du conseil d’administration de la FSF pour avoir exprimé ses opinions personnelles. Nous avons déjà vu cela se produire de manière organisée avec d’autres activistes et programmeurs du logiciel libre de premier plan. Nous ne resterons pas les bras croisés cette fois, lorsqu’une icône de cette communauté sera attaquée.

« La FSF est un organisme autonome capable de traiter ses membres de manière juste et impartiale et ne devrait pas céder aux pressions sociales extérieures. Nous exhortons la FSF à examiner objectivement les arguments contre RMS et à vraiment comprendre le sens de ses paroles et de ses actions.

« Historiquement, RMS a exprimé ses opinions d’une manière qui a bouleversé de nombreuses personnes. Il se concentre généralement davantage sur les fondements philosophiques et poursuit la vérité objective et le purisme du langage, tout en sous-accentuant les sentiments des gens sur les questions qu’il commente. Cela rend ses arguments vulnérables aux malentendus et aux fausses déclarations, ce qui, à notre avis, se produit dans la lettre ouverte appelant à sa révocation. Ses propos doivent être interprétés dans ce contexte et en tenant compte du fait que le plus souvent, il ne cherche pas à présenter les choses de manière diplomatique.

« Quoi qu’il en soit, les opinions de Stallman sur les questions pour lesquelles il est persécuté ne sont pas pertinentes pour sa capacité à diriger une communauté telle que la FSF. De plus, il a droit à ses opinions autant que n’importe qui d’autre. Les députés et sympathisants peuvent ne pas être d’accord avec ses opinions, mais doivent respecter son droit à la liberté de pensée et d’expression ».

Une note a été adressée à la FSF qui lui dit :

« La suppression de RMS nuira à l’image de la FSF et portera un coup dur à l’élan du mouvement du logiciel libre. Nous vous exhortons à réfléchir attentivement à vos actions, car ce que vous déciderez aura un impact sérieux sur l’avenir de l’industrie du logiciel.

« À la foule embusquée qui se ligue contre Richard Stallman pour des arguments raisonnables dans le débat et diverses opinions et croyances exprimées pendant des décennies en tant que personnalité publique:

« Vous n’avez aucun rôle à jouer dans le choix du leadership d’une quelconque communauté. Surtout pas via une autre attaque de foule qui ne ressemble pas de loin à un débat assez mené comme illustré par de meilleures personnes telles que Richard Stallman ».

Red Hat entre dans la danse

« Red Hat est un donateur et un contributeur de longue date de projets gérés par la Free Software Foundation (FSF), avec des centaines de contributeurs et des millions de lignes de code. Compte tenu des circonstances de la démission initiale de Richard Stallman en 2019, Red Hat a été consterné d’apprendre qu’il avait rejoint le conseil d’administration de la FSF. En conséquence, nous suspendons immédiatement tout financement Red Hat de la FSF et de tout événement organisé par la FSF. De plus, de nombreux contributeurs Red Hat nous ont dit qu’ils ne prévoyaient plus de participer à des événements dirigés ou soutenus par la FSF, et nous les soutenons.

« En 2019, nous avons appelé le conseil d’administration de la FSF à saisir l’opportunité créée par le départ de Stallman pour passer à un conseil d’administration plus diversifié et inclusif. La FSF n’a pris que des mesures limitées dans ce sens. Le retour de Richard Stallman a rouvert des blessures que nous espérions guérir lentement après son départ. Nous pensons que pour regagner la confiance de la communauté du logiciel libre dans son ensemble, la FSF devrait apporter des changements fondamentaux et durables à sa gouvernance.

« Mercredi, le conseil d’administration de la FSF s’est engagé dans une série de changements liés à la gouvernance organisationnelle et à la nomination des membres de son conseil d’administration. Cependant, nous n’avons aucune raison de croire que la dernière déclaration du conseil d’administration de la FSF signale un engagement significatif en faveur d’un changement positif. Nous sommes impatients de travailler avec la FSF et d’autres pour permettre à la FSF de redevenir une organisation de plaidoyer efficace et fiable, conformément à sa mission à but non lucratif ».

Source : Red Hat

Le 26 mars 2021 à 09:39, par Stéphane le calme

Source : https://www.developpez.com/actu/313753/Red-Hat-suspend-sa-participation-financiere-a-la-FSF-suite-au-retour-de-Richard-Stallman-au-conseil-d-administration-de-la-FSF-et-lui-demande-d-apporter-des-changements-dans-sa-gouvernance/

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.